Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mai 2011 5 27 /05 /mai /2011 21:25

http://i1223.photobucket.com/albums/dd517/cirip2006/YouWin006.jpg

 

L'épisode est déterminant, bouleversé de part en part d'enjeux tels que personne n'est épargné.

 

Et pourtant, une lenteur ennuie un peu dans la majeure partie, comme si précisément, les enjeux ne se présentaient pas comme tels. La mort du roi est traitée de façon évasive, rapide, mais les regards de Cersei permettent d'insuffler au moment une vraie tension, heureusement. S'ensuit une montée en puissance de fin d'épisode, avec les actions d'Ed Stark qui doit être prudent face aux Lannister mais s'allie à la mauvaise personne, et l'arrivée dans la salle du trône. Le suspense n'est guère présent mais la scène reste efficace. Qui détient l'armée détient le pouvoir donc, et plus précisément, qui possède l'argent pour acheter la garde a le pouvoir. A vrai dire, la naïveté d'Eddard Stark frappe encore ici, et la famille semble bien en mauvaise posture désormais.

 

Le jeune roi agace prodigieusement et son personnage n'est pas encore assez creusé pour éviter le ridicule, à la manière de Drogo dont le discours, s'il fait son petit effet, se retrouve aussi facilement ridicule. L'impression est encore hésitante. En revanche, le "couple" gagne en alchimie et convainc de plus en plus. La décision de Drogo appuyant d'ailleurs ce constat.

 

Du côté de Jon Snow, on progresse lentement et son intrigue ne captive pas encore, d'autant plus que n'étant pas patrouilleur, on n'aura pas droit de sitôt à une petite sortie hors du mur. Mais comme pour Daenerys et Drogo, le personnage trouve son intérêt dans sa relation amicale au nouvel arrivant. 

 

L'épisode a ses scènes inutiles aussi, en particulier au bordel, je n'ai guère compris l'intérêt de ce petit enseignement sexuel, chose qu'on avait en plus déjà vue avec Daenerys. Enfin, il est prétexte à faire parler celui qui trahira Eddard, mais bon... Et puis la scène de Théon est aussi relativement inutile.

 

Bref, un épisode marquant par ses enjeux, mais encore assez lent, et qui peine à rendre ses personnages attachants. Pour l'instant, seul Tyrion réussit de ce côté, et la jeune fille qu'on ne voit pas ici, les autres sont certes sortis du manichéisme ambiant, mais trop nombreux et pas assez creusés, ils ne captivent pas encore. Game of Thrones devrait passer à la vitesse supérieure dans les prochains épisodes cependant (mais je dis ça depuis le début.).

 

 

Partager cet article

Published by Watcher - dans Game of Thrones
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Watcher
  • Watcher
  • : Maintenant c'est par là : http://jenesaispaslire.wordpress.com/
  • Contact

  • Watcher
  • Etudiante sériephile.
  • Etudiante sériephile.

Twitter

Recherche

En ce moment au programme

 

348909-affiche-promo-us-mads-mikkelsen-620x0-1.jpg

 

- Saison 4 de The Good Wife

- Saison 1 de Hannibal

 

Rattrapages/retards :

 

- Saison 1 de Bunheads

- Saison 4 de The Vampire Diaries

- Saison 3 de The Walking Dead

- Saison 2 de Girls 

- Saison 1 de The Following

- Saison 1 de My Mad Fat Diary

- Saison 1 de Bates Motel

 

Série terminée (rewatch et découvertes) :

 

- Saison 1 de Veronica Mars

- Saison 3 de The OC / Newport Beach

Brève Cinéma

 

40-Ans-Mode-D_Emploi-Affiche-France.jpg

 

This Is Forty (40 ans : mode d'emploi), sous ses airs de comédie classique sur un thème vu et revu, s'avère aussi réjouissant que subtil et dense dans son propos. Il aborde ainsi, dans une narration qui évite la succession linéaire, la vie de couple, la vie de famille, la vie professionnelle, en un laps de temps qui semble aussi large que restreint tant il recoupe sans cesse les différents enjeux. Ainsi, en plus d'un art du dialogue souvent amusant et authentique, le film tient une profondeur étonnante, notamment par son mélange des registres très libre : le voilà très sérieux quand il traite d'un moment futile, et très léger quand il évoque un sujet grave. En conséquence, le ton doux-amer donne lieu à un sentiment d'alerte presque constant, culminant dans la fin du film, flirtant avec la possibilité de la mort. Dans cette finesse qui demande qu'on s'y attarde, on trouve quelques lourdeurs dispensables, le personnage de J. Segel par exemple, ou encore cette histoire de vol à la boutique qui sert de prétexte et s'enlise un peu au fur et à mesure. Mais quoi qu'il en soit, le dernier Apatow est passionnant, drôle, touchant et fin !

 

 

 

Récapitulatif des mini-critiques cinéma.

En live

Mes excuses pour le retard généralisé et la réduction du nombre de séries commentées : pendant les semaines à venir, les séries commentées régulièrement (par épisode) se feront plus rares encore, faute de temps irl. 

Les publications ne seront donc pas (comme elles ne le sont déjà plus, sauf pour The Good Wife) au rythme US, et seront plus aléatoires ou condensées (pas de critique pour chaque épisode, ou une critique pour plusieurs épisodes/une saison).

 

 


 


Vidéo de la semaine

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'attends avec impatience...

 

episode-1-walt-jesse.jpg

 

- Luther, saison 3 

- Breaking Bad, deuxième partie de saison 5

- Sherlock, saison 3